Loups et probabilités

Revenir sur les bancs d’école après avoir enseigné quelques années est toujours une bonne occasion de prendre du recul. Cette année, j’ai assisté au 31st Economics Institute for Law Professors, une formation de deux semaines offerte annuellement aux professeurs qui n’ont pas de bagage formel en économie.

Le programme avait lieu au fin fond des montagnes de Virginie, dans un cadre splendide mais isolé (Hôtel Overlook? Ha!); le programme était intense et stimulant, façon bootcamp. Sans prétendre être en accord avec tout ce que j’y ai entendu, je voulais prendre le temps de souligner l’excellence de nos instructeurs, plus particulièrement en ce qui avait trait aux aspects plus pratiques et empiriques.

Par exemple, Kathryn Zeiler était chargée de nous éclairer sur ce qui touchait à l’économie comportementale et plus généralement aux recherches cernant les limites de la rationalité des acteurs économiques. Et quelle meilleure introduction qu’une exploration de nos propres limites? À l’aide d’une courte expérience en classe, elle nous a prouvé que les professeurs de droit ne se considèrent pas particulièrement liés par les probabilités. Une belle révélation, qui a donné le ton du reste de son intervention, mon seul regret étant que le programme ne lui ait pas accordé plus de temps. Plus généralement, cette formation m’aura donné l’occasion de reconsidérer sérieusement ma consommation d’analyse économique du droit – et la réintroduction des loups au Montana!

J’ai aussi énormément apprécié la présence des autres participants: la multiplicité des champs de recherche (PI, criminel, électoral, environnement, etc) et des perspectives a beaucoup contribué à la richesse des échanges, en classe et au dehors. Beau forum, que je recommande!

Ce contenu a été mis à jour le 29 octobre 2015 à 11 h 45 min.

Commentaires

Laisser un commentaire